.
.
.
.
"La différence entre l'érotisme et la pornographie c'est la lumière". Bruce LaBruce
.
.

dimanche 30 mai 2010

Petite histoire de la braguette.


La Braguette apparait au moyen-age.

Dès le 23 octobre 1398, le roi Charles VI adressait au prévôt de Paris des lettres permettant aux chaussetiers de la capitale de vendre des chausses garnies d'aiguillettes et de lanières, qui moins d'un siècle plus tard serviront à fixer la brayette ou braguette.

Avant d’être l’ouverture qu’on connaît, c’était une petite poche attachée à la ceinture. En fait, la braguette est une pièce du caleçon long ou court, de toile ou de cuir, qui était maintenu à la taille par une ceinture appelée « braiel ». Cette sorte de pantalon appelé brague, ou braie est essentiellement portée par les hommes, mais certaines paysannes en portent aussi.

À une époque où l’homme commençait à porter des habits très ajustés, voire collants, cette pièce rectangulaire couvrait l'ouverture des hauts-de-chausses (sorte de pantalons allant de la ceinture au genou). On la fermait par des boutons, ou plus souvent par des aiguillettes, sortes de lacets passés dans des œillets, ce qui avait pour résultat d’empêcher le membre viril de se promener indûment à l'extérieur ! Les Allemands lui donnèrent un essor particulier.

La braguette est d'abord une pièce d'étoffe très colorée, souvent rembourrée, qui signale sur le corps la place de ce qui reste caché, mais dont on ne peut plus ignorer la présence. Il n'était pas rare que cette poche serve à garder son mouchoir, on y cachait sa bourse et ses monnaies, ou même des fruits que l'on voulait faire mûrir.

Chez les militaires, la brague était la partie saillante de la cuirasse, située au-dessous de la ceinture. Ainsi donc les soldats eurent droit à une protection particulière puisque leurs braguettes étaient en fer. François Rabelais précisait en 1532 dans Pantagruel que la braguette constituait « la première pièce de l'armure ». Seuls les cavaliers refusaient de porter cet accessoire supplémentaire pour leur armure.

A la renaissance, la braguette devint une pièce de tissu rembourrée, tant et si bien qu'elle prenait d'impressionnantes proportions. Cette proéminence marquée valorisait le membre viril et par là même la puissance de son possesseur. Ainsi les gentilshommes de la Renaissance se pavanaient avec élégance dans de volumineuses braguettes jusque dans les années 1580. Pendant ce temps l’homme du peuple portait le plus souvent des hauts-de-chausses plus amples avec des braguettes moins voyantes.

Montaigne s’en irrita et dans ses Essais il qualifia ce protubérant artifice de « ridicule pièce » qui « accroît leur grandeur naturelle par fausseté et imposture ». L'influence de la braguette fut considérable dans toute l'Europe et pour toutes les catégories sociales, comme en témoigne la peinture de l'époque.

"Que vouloit dire cette ridicule piece de la chaussure de nos peres, qui se voit encore en nos Suysses ? A quoy faire, la montre que nous faisons à cette heure de nos pieces en forme, soubs nos grecgues : et souvent, qui pis est, outre leur grandeur naturelle, par fauceté et imposture ?"

Montaigne, Essais, Livre III, "Sur des vers de Virgile"


À la fin du XVIe siècle, les poches détrônent la braguette. N’ayant plus sa fonction de "lieu de stockage" et la mode aidant, celle-ci se fera plus discrète jusqu’à perdre sa forme connue depuis le Moyen Âge. Au cours du XVIIIe siècle, la braguette sera remplacée par le pont sur la culotte de l’aristocrate. Pour les autres classes sociales, elle prendra l’aspect d’une fente à l’avant du pantalon fermée par des boutons.
source: wikipédia



Guidobaldo II della Rovere, portrait d'Agnolo Bronzino (1532), inspiré d'un portrait de Charles Quint par Jakob Seisenegger (1505-1567)




Braguette d'une armure du XVIe siècle (extrait de Vangaard, 1972)









Hans Sebald Beham, Lansquenet, c. 1530




hans sebald beham, fou dansant




hans sebald beham
Fahnenträger und Trommler. Kupferstich auf Bütten. 1544



mercenaires allemands, premier tiers du 16ème siècle





infanterie de montagne allemande








portrait du roi d'Espagne Philippe II par Titien




Noble inconnu par Gerlach Flicke, 1547

1 commentaire:

bandarlog a dit…

On raconte qu'au cours de sa nuit de Noces avec Ingeborg de Danemark, le roi Philippe Auguste jallit du lit conjugal et cria aux témoins présents dans la chambre : "Elle m'a noué l'aiguillette !" (rendu impuissant).
On ne sait ce que la princesse lui a fait mais il ne voulut plus jamais s'en approcher.