.
.
.
.
"La différence entre l'érotisme et la pornographie c'est la lumière". Bruce LaBruce
.
.

mardi 26 avril 2022


Richard Avedon,1923–2004 

Andy Warhol and members of The Factory, New York City, October 30, 1969



De gauche à droite: Paul Morrissey, directeur ; Joe Dallesandro, acteur; Candy Darling, actrice; Eric Emerson, acteur ; Jay Johnson, acteur ; Tom Hempertz, acteur; Gérard Malanga, poète ; Viva, actrice; Paul Morrissey; Taylor Mead, acteur ; Brigid Polk, actrice; Joe Dallesandro; Andy Warhol, artiste



Paul Morrissey, Joe Dallesandro et Candy Darling


En 1969, Richard Avedon photographie l'artiste Andy Warhol et son entourage d'acteurs et réalisateurs en herbe, témoignant de « la gloire douteuse de toute l'équipe peu recommandable » (Hamburger Kunsthalle 1999, p.287). La nudité frontale complète, ainsi que l'inclusion de Candy Darling (une transsexuelle qui est apparue dans les films de Warhol), signifie l'audace sexuelle et communique les attitudes libérales et rebelles du groupe. L'atelier de Warhol, surnommé The Factory, attirait les scandaleux, les talentueux et les non conventionnels à travers ses portes et, à la fin des années 1960, était devenu «à la fois le site et le symbole du mépris de la culture alternative pour l'éthique bourgeoise, du travail au sexe en passant par le contrôle de conscience – un espace sanctifié où les loisirs et le plaisir régnaient » (Sally Banes, Greenwich Village 1963 , Durham 1993, p.36). 

Dans cette photographie, Avedon extrait Warhol et ses disciples de leur environnement familier de Factory et les photographie dans son propre studio. Avedon a privilégié ce cadre neutre, déclarant «Je préfère toujours travailler en studio. Il isole les gens de leur environnement. Ils deviennent en quelque sorte… symboliques d'eux-mêmes » (cité dans Susan Sontag, On Photography, New York 1977, p.187). Posé de face dans divers états de déshabillage et éclairé par un éclairage plat, même de studio, Avedon photographie le groupe sur un fond blanc uni. A la fois portrait de groupe et série de treize portraits individuels, chaque personnage est présenté avec une inlassable minutie. 

Bien coupés, leurs corps remplissent le cadre de l'image, avec tous les éléments superflus dépouillés. Le style austère et conflictuel de l'image en noir et blanc d'Avedon génère une atmosphère clinique et psychologique. Avec peu de choses à cacher derrière, l'attention se porte sur les corps eux-mêmes, leurs gestes, leurs expressions et leurs interactions. À l'aide d'un appareil photo grand format 8 x 10 pouces et d'un trépied, Avedon se tenait à côté de son appareil photo et communiquait directement avec ses modèles, fascinés par la façon dont ils posaient devant l'objectif :

 "Un portrait photographique est une photo de quelqu'un qui sait qu'il est photographié. Ce qu'il fait de cette connaissance fait autant partie de la photographie que ce qu'il porte ou à quoi il ressemble. Il est impliqué dans ce qui se passe, et il a un certain pouvoir réel sur le résultat. Nous performons tous. C'est ce que nous faisons l'un pour l'autre tout le temps, délibérément ou non. C'est une façon de se raconter dans l'espoir d'être reconnu comme ce que l'on aimerait être." (Cité dans Photographs: George Eastman House , New York 1999, p.712). 

De manière écrasante, le portrait se caractérise par un sentiment de neutralité émotionnelle. Adoptant la manière typiquement sans émotion de Warhol, peu d'expression s'enregistre sur la bande de visages vides alors qu'ils « performent » devant la caméra d'Avedon. Plutôt que de confiner le groupe à un seul cadre photographique, Avedon divise les personnages en petits groupes et les disperse sur trois images adjacentes latéralement. La composition à cadres multiples évoque les panneaux séquentiels d'une frise classique ou un « cycle de tour de force posé à plat, comme si les personnages progressant autour du ventre d'un vase grec s'étaient arrêtés devant l'appareil photo du photographe ». Cette référence à l'antiquité classique est en outre suggérée par la "charade satirique des trois grâces masculines (par opposition aux grâces féminines)" mise en scène par les trois nus masculins du panneau central, et un subtil "jeu de mains dû en grande partie à la peinture de la Renaissance" ( Morris Hambourg et Fineman 2002, non paginé). 

 L'agencement des corps et des vêtements nonchalamment abandonnés suggère une image improvisée et spontanée qui reflète l'univers louche de Warhol's Factory. Une inspection plus approfondie révèle des chiffres qui se reproduisent : l'acteur Joe Dallesandro apparaît nu sur le panneau de gauche et réapparaît tout habillé à côté de Warhol sur la droite ; Le réalisateur Paul Morrissey se matérialise également deux fois, exposant l'image d'Avedon comme un tableau méticuleusement mis en scène. La récurrence de Dallesandro et Morrissey implique un laps de temps et promet un développement narratif intégré au triptyque. Cette qualité cinématographique est soulignée par la technique d'impression d'Avedon : en utilisant le négatif complet et non recadré, chaque image est entourée par la bordure noire du support négatif dans le tirage final, rappelant les images successives d'une bande de film. Finalement, 

Sabina Jaskot-Gill pour la tate galleryAvril 2012


Eric Emerson, acteur ; Jay Johnson, acteur ; Tom Hempertz, acteur; Gérard Malanga, poète



 
 Viva, actrice; Paul Morrissey; Taylor Mead, acteur ; Brigid Polk, actrice; Joe Dallesandro; Andy Warhol, artiste



1 commentaire: