.
.
.
.
"La différence entre l'érotisme et la pornographie c'est la lumière". Bruce LaBruce
.
.

samedi 10 décembre 2016




Jean-Baptiste Frédéric Desmarais, 1756-1813. France 





Le Berger Pâris, 1787. Huile sur toile, 177 × 118 cm. National Gallery of Canada







Harry Bush












Carlo Maria Mariani, 1931. Italie





Dionysus. 1985 






Jim French

Rip Colt


COLT STUDIO
























































Carl Van Vechten.


Bahamian dancer Paul Meeres, 1932  


































AMG


Spike Adams


















Alexander Korzer-Robinson


Livres découpés
















































Harry Bush


Calendrier 1979 pour le magazine Drummer






















































Harry Bush, USA



Calendrier 1985 pour le magazine Drummer













































vendredi 9 décembre 2016




Karel Egermeier ou Charles Egermeyer, 1904-1986. France


Photographe du scoutisme




Chef de troupe EDF à Paris, ce photographe d'origine tchèque illustra les revues des Eclaireurs de France autour de la seconde guerre mondiale et un peu avant. C'est lui qui réalisa la photo de l'entier postal de 1939 consacré aux EDF puis il se tourna vers des thèmes à caractère sulfureux. Il était connu comme Aiglon (totem vraisemblable). On trouve malheureusement ses photographies sur des sites pédophiles qui en détournent l'esprit originel. J'ai beaucoup hésité à poster ces photos pour cette raison. Je vois en elle un hymne à la beauté de la jeunesse des adolescents. J'ai volontairement éliminé les photographies des plus jeunes, pour ne pas entrer dans les fantasmes libidineux et malsains de vieux messieurs en mal de chair fraîche. Je trouve écœurant (et c'est un euphémisme) d'associer enfance et fantasme sexuel. Même si certain (comme Montherlant ou Peyrefitte) ont élevé ces valeurs au rang d'art, parlant de pédérastie (au sens grec du terme), je suis certain que beaucoup de ceux qui se revendiquent de cette obédience n'ont pas pour but l'élévation intellectuelle des plus jeunes et que leur inclinaison est beaucoup plus charnelle. Cette "philosophie" concernant la sexualité des enfants a eu ses heures de gloire jusque dans les années 70, et fort heureusement, la justice et la loi ont mis leur nez dans ces pratiques, entraînant par la suite un changement des mentalités. L'enfant n'est pas un objet, c'est à lui d'entrer à son propre rythme dans la sexualité et non à de vieux messieurs de l'y pousser.