.
.
.
.
"La différence entre l'érotisme et la pornographie c'est la lumière". Bruce LaBruce
.
.

mardi 12 décembre 2017








Leonard McComb, 1930. Angletterre 




Portrait of a Young Man Standing, 1963-83. Bronze and gold leaf, 1760 x 522 x 465 mm. Tate











M. Magritte




Sylvia Sleigh, 1916–2010. USA 




Paul Rosano Reclining, 1974. Huile sur toile, 1389 x 1945 mm. Tate




Tracey Moffatt born 1960 




[no title], 1997. Lithographie sur papier, 615 x 760 mm. Tate





Années 70




Koes Staassen, Pays-Bas




To Reach and Withdraw, 2015 




William Strang 1859-1921. Ecosse 




The Temptation, 1899. Huile sur toile, 1373 x 1513 mm. Tate




Richard Hamilton 1922-2011. Royaume-Uni




Adonis in Y fronts, 1963. Screenprint on paper, 610 x 816 mm. Tate




He foresaw his pale body, 1990. Photo-etching, aquatint and engraving on paper, 518 x 375 mm. Tate




Leopold Bloom, 1983. Etching, engraving and aquatint on paper, 527 x 365 mm. Tate



Marcus 

Le Magazine Gay Qui Fait Mal 




N° 5 1991



Darren Engleman









Jean Metzinger, 1883 - 1956. France




Sans titre, 1912. Crayon sur papier. Tate


Jean Dominique Antony Metzinger, dit Jean Metzinger, né le 24 juin 1883 à Nantes, mort le 3 novembre 1956 à Paris, est un peintre, théoricien, écrivain, critique d'art et poète français.

Ses premières œuvres, de 1900 à 1904, semblent avoir été influencées par le néo-impressionnisme de Georges Seurat et Henri-Edmond Cross. Entre 1904 et 1907, Metzinger a travaillé dans les styles divisionniste et fauviste. À partir de 1908, il a été directement impliqué avec le cubisme, à la fois comme théoricien et artiste du mouvement. Jean Metzinger, en collaboration avec Albert Gleizes, a écrit le premier traité majeur sur le cubisme, Cubisme, en 1912. Metzinger était un membre fondateur de la Section d'Or.



Numéro spécial consacré à l'Exposition de la Section d'or, première année, no 1, 9 octobre 1912.




Oldřich Kulhánek, 1940. Tchécoslovaquie







St Sébastien



Paz Errazuriz, 1944. Chili




Adam’s Apple, 1983. Photograph, gelatin silver print on paper. Tate, Angleterre 

























Quand la pub drague les homos.












Tom Ford, le parfum - 2008

dimanche 10 décembre 2017

samedi 9 décembre 2017









Années 30








ASSASSIN




HOMOPHOBE



















Robert Mapplethorpe, 1946-1989.USA


Objects


Dès la fin des années 1960, Mapplethorpe commence à élaborer des objets tridimentionnels, des montages photographiques et des collages en utilisant des matériaux très hétéroclites. Ces œuvres démontrent son engagement dans une démarche créatrice très personnelle qu’il développera tout au long de sa vie. Elles révèlent sa fascination pour des sujets tels que le mysticisme, l’ésotérisme et le fétichisme. Sur le plan du style et de l’iconographie, elles constituent un mélange inattendu entre les ready-mades de Marcel Duchamp et les divagations psychosexuelles de Dali.

Passionné par les symboles et les motifs géométriques, Mapplethorpe réalise de nombreux collages et assemblages en recyclant – tout en les transgressant – des images religieuses. Il explore également des sujets plus sombres comme tirées de magazines pornographiques. Sans jamais avoir peur d’enfreindre les règles ou de choquer, il a contribué à une approche radicale et souvent provocatrice, ancrée dans le contexte socioculturel du New York libertaire des années soixante-dix.




Untitled, une pièce géométrique de forme triangulaire réalisée en 1983, révèle la fascination de l’artiste pour la perfection formelle, et notamment pour la symétrie. Comme il le raconte à la critique d’art Ingrid Sischy : « L’église est un endroit magique et mystérieux pour un enfant. Cela se voit encore dans la manière dont j’arrange les choses. Ça ressemble toujours à de petits autels. À chaque fois que j’essaie de mettre des choses ensemble, j’ai remarqué que je les plaçais de façon symétrique ; cela s’est toujours passé ainsi. » 

Mapplethorpe fait précéder son nom du symbole X, jouant ainsi sur l’ambivalence autant pornographique que religieuse de ce symbole. La sobriété de la composition qui se décline en bandes de feutre coloré donne une dimension mystique à ce qui peut être lu comme un autoportrait abstrait.




Auto Portrait, 1972. Photo silkscreen on graph paper, 85.1 × 58.4 cm



De 1963 à 1969, Mapplethorpe fréquente le Pratt Institute à Brooklyn où il étudie la peinture et la sculpture ; il en sort diplômé en Arts Graphiques. Au cours de ces années de formation, il produit de nombreux dessins et collages ainsi que des objets tridimensionnels utilisant toutes sortes de matériaux. En 1971, il commence à utiliser un appareil Polaroid et inclut progressivement la photographie dans ses collages, ainsi que des extraits de livres et des coupures de magazines. Mapplethorpe aime l’instantanéité et l’intimité de ce nouveau medium qui contribuera à définir son vocabulaire. Ce n’est seulement qu’à partir de 1975 que Mapplethorpe commence à travailler exclusivement avec la photographie, lorsque le commissaire d’exposition et collectionneur averti Sam Wagstaff, également son mentor et amant, lui offre un appareil Hasselblad 500.





Untitled / Madonna Medallion, 1968. Colour pencil, paint, found object, sticker on paper, 27,9 x 34,3 cm


Untitled (Madonna Medaillon), un rare collage de 1968, montre une image de la Vierge inscrite dans une architecture géométrique dessinée à la main. Dans un style rappelant le Surréalisme, la figure semble léviter sur une forme organique qui évoque à la fois un coquillage et une coupe anatomique des organes génitaux masculins. À l’extérieur du cadre, un emblème en feutre représentant le Sacré-Coeur de Jésus montre l’intérêt de Mapplethorpe pour l’intégration d’éléments religieux dans une composition à connotation sexuelle.




Untitled (2-Part Wood Collage), 1970. Vintage print, 91,4 x 58,4 cm




Untitled (Dollar Bills), 1973. Vintage print, 68,6  x  30,5 cm















Jay Kiss, 1973


Jay Kiss (1973) souligne la dimension fétichiste de l’œuvre de Mapplethorpe. Sur une structure en bois peinte en rouge, un foulard de soie est accroché sous un portrait au polaroïd agrandi de son ami Jay Johnson. Relique d’un moment passé, le foulard correspond à celui que Jay porte dans l’image, où il est tendrement représenté les yeux fermés. La composition novatrice rappelle celle d’un ex-voto, habituellement offert en signe de gratitude ou de dévotion dans un contexte religieux.




Calendar Guy, 1969. Collage of found magazine illustration, colored papers, glitter, cord, and a January 1970 calendar, on a layered mount, 71.1 x 51 cm





Leatherman #1, 1970. 23.97 × 17.15 cm





Self-Portrait, circa 1971. A unique object, painted Polaroid print in a painted plastic Polaroid film case with string, 2 beads, and 6 dice, 8.9 x 14 cm





Untitled (David Against Brick Wall), 1970. A unique object, collage of painted halftone, colored papers, and a printed model comp card, 51.5 x 26 cm




Jouons aux cartes. Un Strip Poker peut-être?