.
.
.
.
"La différence entre l'érotisme et la pornographie c'est la lumière". Bruce LaBruce
.
.

mercredi 30 septembre 2015




Jean Cocteau, 1889-1963. France






Jean Cocteau par Philippe Halsman




DESSINS, 1923











































































































Michael Aviano, 1927. USA










The Falconer, 2013. Huile sur toile de lin, 61 x 81.3 cm








A Highland Hike of an Enchantress and her Enchanter, 2013. Huile sur toile de lin, 99.1 x 132.1 cm








Epiphany, 2013. Huile sur toile de lin, 99.1 x 132.1 cm








In Memorium, 2012. Huile sur toile de lin, 132.1 x 99.1 cm








George Denholm Armour, 1864–1949. Royaume-Uni






Nu masculin, 1886. Huile sur toile, 101.7 cm x 76 cm. University of Edinburgh Fine Art Collection. Royaume-Uni





Филипп Андреевич Малявин

Filipp Andreevich Maliavin, 1869-1940. Russie




















Ladislav Mednyánszky, 1852-1919. Hongrie






Etude d'un jeune homme assis, 1875-1885








  štúdia mužského aktu (Menotté étude de nu masculin), 1895 - 1900. Huile sur toile, 120 x 60 cm







Štúdia nahého muža I (Etude d'homme nu) vers 1880. Crayon sur papier, 54 x 21 cm













Sediaci mužský akt I. (Etude d'homme nu assis), crayon sur papier







Александр Александрович Дейнека


Alexandr Alexandrovitch Deneika, 1899-1969. Russie











AMG



























HARRY BUSH, USA
























































































dimanche 27 septembre 2015




Jean Hippolyte Flandrin, 1809-1864. France








Buste d'Hippolyte Flandrin par Eugène-André Oudiné (1810-1887)








Jean avec son frère Paul





Élève de Dominique Ingres, son travail se situe à la charnière du néo-classicisme et du style académique. Premier grand Prix de Rome d'histoire en 1832, il se livra d’abord à la peinture historique, avant de se tourner vers la peinture religieuse.

Il exécuta les peintures murales de l'église Saint-Séverin, Saint-Germain-des-Prés et de Saint-Vincent-de-Paul à Paris.

En 1853, il fut élu membre de l’Académie des beaux-arts. En 1863, sa santé déclinante le pousse à retourner en Italie, où il mourut de la variole.

Faut-il croire Henri Delaroche qui saluait Flandrin, en 1859, dans la Revue des Deux Mondes, comme « le plus grand peintre religieux que la France ait vu naître depuis Lesueur » ? Il est vrai en tout cas qu'Hippolyte Flandrin a, sous la bannière de l'ingrisme, incarné en France une renaissance de l'art religieux, comparable à celles dont nazaréens et préraphaélites furent les artisans en Allemagne et en Angleterre.

Ce qu'on appellera le style Saint-Sulpice n'est que l'affadissement et la vulgarisation sentimentale de l'effort d'une pléiade de peintres, généralement lyonnais, qui ont voulu donner son illustration au réveil catholique du xixe siècle.






Portrait d'Hippolyte Flandrin par Jean Auguste Dominique Ingres, 1844








Double autoportrait d'Hippolyte et Paul Flandrin, 1835, musée du Louvre, Paris.







Homme nu, debout, se cachant le front, se dirigeant vers la droite







Homme nu, tourné vers la gauche, tendant les deux bras







Homme nu, vu de dos, regardant à droite







Le Christ en Croix, 1855-1861







La déposition du Christ, mine de plomb, 44 x 28 cm








Portrait d'Ambroise Thomas, 1834. Huile sur toile, 63,8 x 53,7 cm. Musée Ingres, Montauban








Thésée reconnu par son père Egée (Etude)







Thésée reconnu par son père Egée, 1832. Huile sur toile








Académie masculine, date inconnue








Etude de nu, 1830-1838








Saint Jérôme, saint Augustin, saint Ambroise et saint Jean Chrysostome. Etude pour l'église de Saint-Vincent de Paul, Paris. 1848-1853







Jeune berger assis, 1834



Les oeuvres, dessinées comme peintes, d'Hippolyte Flandrin se caractérisent par une expression idéalisée, empreinte d'un mysticisme doux et rêveur, qui transparaît jusque dans ses études préparatoires. Ainsi de cette académie d'homme: le visage du Christ exprime le recueillement, la sérénité, non la souffrance et la douleur.

Un trait noir appuyé renforce le contour du corps souplement modelé, qui se détache par contraste du montant vertical de la croix ombré par des hachures, masqué dans la fresque par le corps de Jésus. Paul Flandrin, qui collabore avec son frère pour le sanctuaire et la Chapelle des apôtres, a portraituré Hippolyte sous les traits du Christ dans la Crucifixion, la Montée au Calvaire et l'Entrée à Jérusalem. Ce cycle peint témoigne du renouveau des décors religieux monumentaux vers le milieu du XIXe siècle, pour l'essentiel porté par d'anciens élèves d'Ingres.





Le Dante, conduit par Virgile, offre des consolations aux âmes des Envieux 1837







Pietà, 1842. huile sur toile, 172 x 258 cm. Musée des Beaux-Arts, Lyon








Cypsélos sauvé, esquisse, 1831







Tête d'homme de profil, 1842, huile sur toile







Etude du portrait de Saint Jean L'évangéliste, 1842, huile sur papier






Polytès, fils de Priam, observant les mouvements des Grecs.1833-34.







Euripide composant ses tragédies








Le Sacrifice d' Isaac, 1860







Jeune homme nu assis sur le bord de la mer, 1855




Comme l'Oedipe peint par Ingres, maître de l'artiste, ce nu fut expédié à Paris en 1837 comme "envoi" de quatrième année de pensionnaire à l'Académie de France à Rome. La leçon puriste d'Ingres est ici poussée à l'extrême : le corps humain tend vers la forme primordiale du cercle. Parfait exemple de l'esthétique néoclassique des élèves d'Ingres, ce nu raffiné, posé devant un paysage de marine qui accentue l'étrangeté de la scène, montre le renouvellement entrepris par cette génération de peintres pour orienter l'esthétique antique vers un goût contemporain.





Oedipe et le Sphinx (Jean-Auguste Ingres 1780-1867) 1808




Grand portraitiste, Hippolyte Flandrin est un des meilleurs représentants de la descendance d'Ingres et de l'art néoclassique. Il est aussi un des plus importants peintres de peinture religieuse du XIXe siècle. Cette oeuvre, le jeune homme nu assis sur le bord de la mer, véritable icone gay a également inspiré de nombreux artistes:





Wilhem von Gloeden (1856-1931), Caino, 1902





Fred Holland Day (1864-1933) Ebony and ivory






Gaetano d'Agata (1883-1949), Nudo maschile, circa 1923







Gaudenzio Marconi, 1869. Photographie positive






Emission D'Art d'art ! du 27 avril 2009, présentée par Frédéric Taddéï, C. France 2


Jeune homme nu assis au bord de la mer




video