.
.
.
.
"La différence entre l'érotisme et la pornographie c'est la lumière". Bruce LaBruce
.
.

mardi 7 juin 2011

Eduardo Hernandez Santos (1966. Cuba)






"... Dans mon travail de photographe, j’utilise le corps masculin comme support d'une construction métaphorique, où j’intègre des éléments de l'esthétique gréco-latine, que je considère présents dans notre culture. D’un côté, j’utilise le corps comme un élément photographique isolé, d’ un autre, j’utilise le corps lui-même dans des imbrications de constructions culturelles et avec des techniques plus complexes.


J'utilise le collage comme un support, pour la création de relations culturelles où cet organisme interagit avec l'architecture et le paysage urbain. Des images éclectique visionnaires se posent de cette façon, avec lesquelles j'ai l'intention de créer des requêtes, des interrogations ..."

(Extrait d'une entrevue publiée dans le catalogue du Salon II of Contemporary Art de Cuba . Centre de développement des arts visuels, La Havane. 1998)








Eduardo Hernandez Santos est scénariste, dessinateur , photographe,graveur et illustrateur issu d'études supérieures à l'Académie nationale des arts plastiques «San Alejandro» en 1985.
Il a reçu un diplôme en gravure à l'Institut d’art supérieur à La Havane.
Il enseigne actuellement la gravure à l'Académie Nationale des Arts Plastiques de "San Alejandro".

En 1992, il a présenté son travail à l'Exposition internationale d'impression XVII, à Kanagawua, au Japon pour le cinquième Centenaire de la découverte de l'Amérique.
Son œuvre est constituée de photographies homoérotiques, de techniques de manipulation, surtout avec le collage photo, où l'accent est mis le corps masculin.

Ses séries les plus populaires sont: Homo Ludens, Ecbatane, objet de désir.








La reconnaissance et la marque des thèmes homoérotiques dans l'art cubain contemporain est un processus relativement nouveau (Santana, 2000). Les quelques enquêtes sur cette face marginalisée mais inaliénable de la culture nationale cubaine ont mis l'accent sur la littérature. Cela est dû à un manque de pression reconnue publiquement par les groupes sociaux qui se sont engagés à dévoiler une "autre" histoire de l'art cubain, ainsi que la lenteur des progrès des études culturelles.

Les représentations gay produites au cours de ces dernières années ne cherchent pas ouvertement une revendication des droits des homosexuels.
Elles n’appellent pas à la diversité sexuelle dans les représentations des médias de masse de la famille.

Plutôt que l'activisme illustré par des groupes nord-américains comme ACTUP, ces œuvres reflètent une autre gamme de tactiques: la résistance et la déconstruction des normes du corps hétérosexuel; utilisant une présentation esthétisée, l’histoire de l’art des mythes traditionnels pour accomplir ces tâches, et à dénoncer les violences infligées sur la masculinité par des idéologies phallocratiques et patriarcales.

Depuis 1992, Eduardo Hernández Santos a été l'artiste cubain qui s’est concentré le plus intensément dans ce domaine. Hernández est diplômé de l'Institut Supérieur d'Art (ISA) en tant que graveur; ses débuts en tant que photographe ont été influencés par l'œuvre de l'artiste maudit Robert Mapplethorpe, qui s’est approprié de nombreuses images du maniérisme italien et l'académisme 19e siècle. Hernández a vite développé son propre style, nourri par une sensibilité singulière et une profonde connaissance de l'histoire de l'art. Du pur produit de l'image photographique de studio, son travail a évolué vers le collage et l'interaction entre la photographie et les techniques mixtes.




Angel 12





¿Qué es y qué no es y lo que es sin ser, 1999




Le collage au Lo que es… (What Is, What Is Not, and What Is Without Being 1999) a été exposé dans La Huella Múltiple (L'Empreinte multiples, 1999) grâce à l'artiste-commissaire Belkis Ayón, qui en a fait un éloge chaleureux.

Il appartient à un ensemble de pièces réalisées depuis 1994. Le format horizontal long rappelle le 19e siècle, des panoramas et des paysages qui cherchent avidement à documenter les villes dans une multiplicité de détails, ou pour enregistrer l'irruption des nouvelles technologies dans les espaces ruraux.

Cette pièce, cependant, construit méticuleusement un espace urbain en utilisant des images découpées dans des livres d'art: des dômes et des palais florentins, édifices baroques allemands, des gravures flamandes, et le rhinocéros de Dürer, mêlée de nus pris par Hernández lui-même.

Il ya des références à l'architecture de La Havane, dont le Capitole, la cathédrale siècle 18, et La Fuente de la India , la fontaine de la femme indienne, un point de repère bien connus. Habituellement destiné à rompre l'unité de l'espace pictural, les multiples pièces de ce collage surprenant se mélangent dans un continuum visuel qui ne correspond à aucune ville identifiable.

Mais Hernández ne se préoccupe pas de l'identification géographique. Nous sommes arrivés dans une ville de rêve, où le désir rôde fébrilement dans les rues. C'est un endroit encore invaincu par les hordes de choléra, du sida, en proie à la méfiance et à la froideur clinique.

Le rhinocéros de Dürer sodomisé, le Christ descendant de la croix entouré d'hommes nus, les images des corps torturé ou transformé en « les Trois Grâces », Saint Sebastien, et d'autres icônes de la beauté sont les marques d'une ville où "il n'ya pas de régulation publique, aucun contrôle sur l'intimité. Le corps générique, indifférents à des limites établies, comme une victime joyeuse de plaisir et de douleur, le désir et la peur "(Santana, 2002).





¿Qué es y qué no es y lo que es sin ser, 1999
(What Is, What Is Not, and What Is Without Being, 1999)





Série Corpus Fragile



Corpus fragiles expose le corps masculin comme le champ de bataille dans une guerre sans fin entre les normes sociales et le désir de les transcender, entre les hymnes amplifiés de l'histoire et la musique sotto voce des micro-histoires privées.

La caméra abandonne l'espace extérieur et se concentre sur une mise en scène dans un non-espace de dimension symbolique. Au cours des prises de vue en studio avec des modèles non professionnels, Hernández s'approprie les méthodes de la peinture académique des début du 20e et 19e siècles, transformant capricieusement le corps vivant dans un moule de possibilités visuelles infinies sans pour autant masquer le caractère fictif de ses manipulations.

Considérant que, dans l'œuvre de Robert Longo, de statut social du sujet se révèle par ses vêtements, dans Corpus ... le corps est présenté sans aucune armure, dans sa propre nudité.

Par-dessus l’image préméditée et le négatif, Hernández applique divers matériaux : des fragments de verre, des pinces, des fragments de tissus et les racines des plantes, des plaques de métal, des bouts de ficelle, ou de fleurs coupées, disposées pour compléter l'image imprimée précédemment.

Tordus ou soumis, ligotés, fendus ou percés par des pointes, les corps masculins témoignent de la «faiblesse» de leur construction sociale, et dénoncent les forces externes qui éduquent et les désintègrent.

Des nus ambiguës de Servando Moreno Cabrera des années 1960 à Corpus Fragile (1997) d’Hernández, nous pouvons tracer la chronique émergence d'un « organisme cubain » à la recherche de sa propre émancipation et invisibilité avant les classifications intrusives d'un pouvoir classifiant et normalisant.





S/T de la serie “Corpus fragile”, 2002-2004





S-T de la serie Corpus fragile, 2009











Série Corpus frágile, 2009





Mi cuerpo como jaula de la série Corpus frágile, 2009





Untitled, série Corpus Fragile, 2002





Untitled, série Corpus Fragile, 2002





Untitled, série Corpus Fragile, 2002





Untitled, série Corpus Fragile, 2002





Untitled, série Corpus Fragile, 2002





Corpus Fragile, 1997




Derniers travaux


Sans titre





Sans titre





Sans titre





Sans titre





La Caja de Pandora, 2008





Eduardo Soldier





Eduardo 1




Eduardo Hernández Santos est l'auteur d'un livre: El Muro : The Wall.




Eduardo Hernández Santos a fait ces photographies d’homosexuels, transsexuels, et travestis à l'été 2005 à La Havane, devant un mur sur le front de mer de Cuba. Prises ensemble, les images de ce livre racontent une histoire remarquable de l'endurance humaine et du triomphe. Hernández Santos présente ses sujets non pas comme des acteurs passifs mais comme des gens qui luttent (bien que plutôt discrètement) contre la discrimination, même si une telle lutte est très risquée.

'El Muro: The Wall' by Eduardo Hernandez Santos. Editeur Red Trillium Press


























sources:CUBARTE Gallery,elangelcaido.org, la critique artistique est traduite et tirée par extraits d'un article de Abelardo Mena-Chicuri sur The Farber Collection)

Aucun commentaire: