.
.
.
.
"La différence entre l'érotisme et la pornographie c'est la lumière". Bruce LaBruce
.
.

dimanche 28 novembre 2010

John Francis Rigaud (1742-1810. Angleterre)




Samson et Dalila, 1784

Léon Joseph Florentin Bonnat (1833-1922, France)


Très célèbre de son vivant, Léon Bonnat peindra de nombreux portraits officiels parmi lesquels ceux de Victor Hugo, Jules Ferry, Pasteur, Thiers, Loubet ... dans un style très académique. Fervent admirateur d'Ingres, il enseignera à l'Ecole des Beaux-Arts et léguera sa collection au musée qui porte son nom à Bayonne.




Autoportrait, 1855




Le barbier de Suez, 1876




Jacob combattant avec l'ange, 1876




La jeunesse de Samson, 1891

François Sagat




Kent Neffendorf (1959. Texas, USA)



Cotton Candy, 2006




The Bath, 2007




Lust




A Soft Kiss, 2001




Living in the Afterglow, 2006




Blueboy, 2008




Blueboy, 2008




Guardian Angel, 2007







video

mercredi 24 novembre 2010

L'Homme blessé - 1983. France, Patrice Chéreau et Hervé Guibert










Henri, un adolescent solitaire et taciturne, vit dans une petite ville de province. Le jour où sa soeur doit partir, toute la famille se rend à la gare. Alors que tout le monde attend le train, le jeune homme remarque un homme plus agé que lui, qui lui offre une boisson. Les hommes se séparent. Plus tard, Henri le revoit qui descend aux toilettes et le suit.







Là, il le découvre en train de tabasser un homme qui l'avait payé pour cela. Tout en fureur, l'homme, Jean, l'oblige à frapper l'homme à terre et embrasse Henri fougueusement avant de disparaitre. Pour Henri, c'est le choc. Immédiatement, il éprouve une immense passion pour cet homme qu'il décide de retrouver.







Avec l'aide de Bossman, un médecin homosexuel, il poursuivra cette quète qui le plongera dans le monde de la nuit, des chiottes publiques, de la prostitution, de la marginalité et de la déchéance. Un monde glauque où la douleur, la misère et la solitude accompagnent la découverte de l'amour chez un jeune homme, la passion qui mènera à la mort. Dans une lente descente aux enfers, l'amour à mort.







Présenté en 1983 au Festival de Cannes, L’Homme Blessé ne manqua pas de faire scandale. Les hétérosexuels comme les gays y voyaient une représentation sinistre de l’homosexualité, uniquement basée sur les rapports de force, la violence. Ce film recevra le César du cinéma 1984 du scénario original pour Patrice Chéreau et Hervé Guibert.







Ce film à l'ambiance poisseuse, où l'on ne sait jamais si c'est le jour où la nuit, où l'on a l'impression de déambuler en plein cauchemar est un chef-d'oeuvre. Malgré la crasse des chiottes qui sentent la pisse, malgré la violence, malgré une représentation sordide d'une certaine homosexualité pré-sida, la passion est là, puissante et destructrice. Ce film est un choc.

Patrice Chéreau et Hervé Guibert ont travaillé pendant six ans sur le scénario entre 1975 et 1982. Le film a eu pour titre provisoire L'homme qui pleure. Les auteurs le voyaient comme un film "sur l'amour, sur un amour envahissant". Ils parlent d'un "coup de foudre comme initiation aux malheurs".







« Au lieu d’écrire une préface ou une postface, au lieu de dire : voilà, nous avons mis six ans à écrire cette histoire, avec de longues interruptions, bien sûr, mais en écumant, au fur et à mesure de nos deux vies, parallèlement, le meilleur de nos émotions pour en faire vivre nos deux personnages — et rêver sans contrainte à une histoire idéale — , nous avons pensé qu’il serait mieux d’y faire entrer le lecteur de plain-pied, un peu comme dans un roman, puis de lui dévoiler certaines des notes que nous avons prises l’un et l’autre, pendant ces six ans, pour lui montrer comment l’histoire s’était construite, comment nous nous étions accordés ou opposés, comment d’un récit entier il ne pouvait subsister qu’une seule réplique, et aussi comment, quand notre histoire était en panne, nous avons dû la relancer par la lecture des maîtres secrets, Dostoïevski, Genet, Borges, Pavese ou Arenas. En publiant ces notes, souvent intimes, nous ne voulons pas être des prestidigitateurs qui retournent leurs accessoires, mais plutôt laisser à la surface de la toile les quelques coups de pinceaux rugueux qui ont fait le travail. »

Quatrième de couverture de L’Homme blessé, Paris, Minuit, 1983. Hervé Guibert, Patrice Chéreau


« Patrice Chéreau m’a poussé vers des personnages, il a eu très vite besoin de noms, les a cherchés dans des nécrologies de journaux et dans le bottin. Nous nous sommes retrouvés avec ces noms, comme des enveloppes vides, qu’il fallait remplir.
Patrice Chéreau disait : « Il faut raconter une histoire. » Il avait une obsession de structure, il recommençait sans cesse des plans, avec des numérotages, traçait sur le papier des vecteurs qui correspondaient aux déplacements des personnages. Rencontre. Première disparition. Absence. Seconde rencontre. Seconde disparition. Quête.
»

Hervé Guibert, « Les Escarpins rouges », in La Piqûre d’amour et autres textes suivi de La Chair fraîche, Paris, Gallimard, 1994, pp.133-134.




L'homme blessé - 1983. Réalisation Patrice Chéreau, scénario Patrice Chéreau et Hervé Guibert, avec Jean-Hugues Anglade (Henri), Vittorio Mezzogiorno (Jean), Roland Bertin (Bossman)...







video







video

Retour sur...Paul Cadmus (1904-1999. USA)





Horse play, 1935





YMCA Locker Room, 1934





A conversation piece, 1939-1940












Portrait of Monroe Wheeler, 1937






Portrait of George Platt Lynes, 1938






Sailors and Floosies, 1938






Coney Island, 1935






Aspects of Suburban Life, 1935






Paul Cadmus, Self Portrait, Mallorca, c. 1932






Majorque Quarry, 1932






Hinky Dinky Parley Voo, 1939













Bathers, 1939






Aspects of Suburban Life - Polo, 1936






Aspects of Suburban Life - golf, 1936



mercredi 17 novembre 2010


Miguel Tio


site



Projections




Mirrow of Memories




Lovers




Illuminating the Diamond




Hands from the dark side




forbidden face




Angels in my shoulders




Adams et Eves
Natalie Frank



Ryan and Jeremy 2007





Andy Warhol












.
Curiosité


dimanche 14 novembre 2010